Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2006 4 14 /12 /décembre /2006 16:43
J'ai copité sur Bouquet de Bamboo !!



J'ai vu le pot en tissu de Bouquet et je me suis dit : "Bon sang mais c'est bien sûr !!!!" Voilà ce que je devais faire de toutes mes chutes de tissus et autres vêtements mis au rebut !!

Ni une ni deux, j'ai foncé sur un vieux jean et une pièce de tissu dont je ne savais plus quoi faire. Je n'ai pas trouvé le patron dont parlais Bouquet mais ses photos étaient très explicites alors je n'ai eu aucun mal à faire mon panier.

Le voilà en train de faire une place à ma laine cardée :



J'ai d'autres paniers en projet (notamment pour mes sous-vêtements, chaussettes et autres) mais j'utiliserai des tissus plus rigides car le jean, si on ne fait pas un petit pot, n'a pas beaucoup de tenue :


Merci pour cette idée Bouquet !!!
Repost 0
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 16:12

Coup de gueule contre Leclerc !!!

 

 

 

Alors je ne suis pas tombée de la dernière pluie et je sais que le groupeLeclerc n'est pas écolo pour 2 sous. Le coup des sacs de courses réutilisables en plastique, qu'ils ont commencé avant les autres (je ne parle bien sûr pas des magasins bio), formidable coup de marketing, c'était quand même très très bien. Là-dessus, pas de soucis (si ce n'est qu'il pourraient être un peu plus logique et nous proposer des sacs en plastique biodégradable même s'il y a polémique là-dessus ou des paniers en osier, que sais-je...)

Mais alors où est la logique quand ils obligent les consommateurs à utiliser des sacs en plastiques pour emporter leurs fruits et légumes ???? A quoi bon faire propre à l'extérieur du magasin (sac réutilisable) et pourri à l'intérieur (sacs plastiques pour les fruits et légumes inutilisables après usage car beaucouop trop fragiles) ? Car bien sûr, on achète rarement un seul type de fruit ou de légume donc on doit multiplier le nombre de sacs en plastique. Pourquoi ne pas nous proposer des sacs en papier fort comme dans n'importe quelle Biocoop ou encore des sacs en plastique biodégradable ???

Bon, c'était mon premier coup de gueule contre un système franchement ridicule utilisé dans tous les supermarchés ! Mais le second arrive et vite !!!

Car figurez-vous que non content de ne pas proposer d'alternatives aux consommateurs en ce qui concerne le transport des fruits et légumes, il obligent également ceux-ci à utiliser ces fichus sacs en plastique !!! Quand on a plusieurs pièces du même légume ne se vendant pas au détail, et qu'il n'y a rien d'autre que les sacs plastiques pour les emporter, je veux bien utiliser ces pollutions ambulantes que sont ces sacs tous fins qui ne servent à rien une fois que l'on en a sorti les légumes. Mais alors quand on prend une seule belle grosse aubergine, expliquez-moi pour quelle raison il faudrait la mettre dans un sac plastique ????????? Cela fait maintenant des années que je mets l'étiquette directement sur la peau quand je me retrouve dans cette situation. J'évite le gaspillage et l'encombrement de ma poubelle avec ces sacs plastiques. Figurez-vous que que la personne chargée de la pesée des fruits et légumes a refusé de me remettre l'étiquette si je ne prenais pas de sac plastique. Le prétexte ? L'étiquette ne tiendrait pas sur la peau des légumes et fruits. Je lui ai fait la démonstration du contraire en prenant une étiquette usagée qui trainait par là, attendant qu'elle pèse mes légumes et me remette les étiquettes. Elle m'a rétorqué que la direction était très stricte à ce sujet et qu'ils avaient des comptes à rendre si les caisses rapportaient que des fruits ou légumes passaient sans emballage.

Je dois dire que là, je suis littéralement tombée des nues ! Pour quelle espèce de raison obligent-ils leurs clients à faire du gaspillage avec leur propre argent ? Car ce sont bien eux qui achètent les sacs plastiques ! Ils sont d'ailleurs si légers que je ne voit pas comment ils pourraient influer sur le prix final du produit pesé. Ensuite, même s'il est vrai que les étiquettes ne tiennent pas très bien sur toutes les peaux, il n'est pas bien difficile de maintenir son légume sur le haut de la pile du panier pour être sûr que l'étiquette n'ira se coller nulle part ailleurs. A moins qu'ils veuillent être sûrs qu'on ne les volent pas en mettant une étiquette correspondant à un poids inférieur à ce que l'on devrait payer ? Dans ce cas, la personne de la pesée ne sert pas à grand chose si on ne lui fait pas confiance...

Bref ! J'ai dit à cette dame de faire son travail et que je ferai le mien. Une fois les articles payés, j'ai sorti les aliments de leur emballage et les ai laissé à la caisse en leur indiquant bien que je ne voulais pas de ces sacs plastiques chez moi et qu'ils se chargeraient de s'en débarasser eux-mêmes puisqu'ils m'obligeaient à les utiliser ! Non mais !!!

Comme vous le voyez, je suis encore furieuse ! Qu'ils n'aient pas une attitude écocitoyenne aboutie, c'est une chose, mais qu'ils empêchent leurs clients de le faire s'ils le souhaitent, je trouve cela scandaleux !

Repost 0
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 13:36
   Un article à lire à tout prix





Cerise nous a récupéré un article qu'elle avait écrit il y a quelques temps sur la coupe menstruelle pour le feu site  articles de l'amicale d'onplf. J'avais justement fait des recherches sur l'historique de cette petite merveille et j'avoue que je n'en avais pas trouvé autant qu'elle.
Allez donc lire son article vraiment très instructif (et parfois effrayant quand on regarde certains croquis ;o) ! ) sur le sujet, vous ne serez pas déçus !



A lire également sur le blog :

Protection menstruelle économique et écologique

Ma meilleure amie la coupe menstruelle

Techniqes de pliage de la coupe menstruelle
Repost 0
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 16:58
Se passer du beurre



Je vis pour mon plus grand malheur dans le pays du beurre salé : la Bretagne !!!
Les Bretons, ces gens pas normaux du tout, mettent du beurre salé dans tout ! Même dans le caramel au beurre salé !!! Et qu'ils ont raison ! Qu'est-ce que c'est bon !
Bon, mais quand même, quand on a été élevé dans le Sud-Ouest, le caramel au beurre salé, c'est niet !!!

Dernièrement, j'ai voulu faire des sablés au citron à mon chéri. Naïvement, avant de venir chez lui, je lui ai demandé s'il avait du beurre mais sans penser à demander lequel. Il m'a bien sûr dit qu'il en avait plein mais sans penser non plus à me préciser lequel. Bien sûr, il ne fait jamais attention au ridicule beurre doux qui traine quelque part dans son réfrigérateur (le mien en l'occurence !).
J'arrive donc chez lui, et là, je découvre la catastrophe : cette endouille de Breton me parlait de beurre salé !!! Il était en plus trop tard pour aller en acheter où que ce soit !! Pas de panique, je réfléchis, je réfléchis, je farfouille, je farfouille... et je tombe sur mon fond de pot de purée d'amandes. Vous savez bien le fond qui est toujours tout dur et que j'ai toujours du mal à utiliser. J'ai jeté un coup d'oeil au chéri : occupé ailleurs. Ni vu ni connu, j'ai commencé ma recette comme si de rien n'était et j'ai remplacé le beurre par la purée. (Ni vu ni connu car le chéri, il est comme les enfants, il faut lui faire goûter avant de lui dire ce qu'il y a dedans sinon il n'aime pas !)

Voici donc ma recette pour ceux qui seraient intéressés :


On casse un oeuf dans un saladier :



On rajoute 70 g de sucre roux, le jus d'un citron jaune on touille :



On rajoute incognito 2 cuillères à soupe de purée d'amandes et on touille :



On rajoute à tout ça 200 g de farine complète et on touille encore :
(N'allez pas croire que j'ai fait ça à la cuillère en bois hein, à la fin, j'ai bien été obligée d'utiliser mes mains !)



On obtient une jolie pâte qui a l'air de vouloir être étendue :



On étend la pâte et on ne se moque pas de ceux qui n'avaient pas de rouleau à pâtisserie sous la main ! :



On découpe le tout en carrés, losanges, tout ce qu'on veut et on met les trucs obtnus sur une plaque allant au four (et on ne se moque pas de ceux qui n'avaient qu'une grille !) :



Après un passage de 20 minutes au four à 160°C, on obtient des biscuits plus croquants que des sablés mais délicieux comme tout !!


Et qui c'est qui les a trouvés délicieux comme tout mes sablés au citron ??? :p
Repost 0
19 octobre 2006 4 19 /10 /octobre /2006 12:14
 Comment choisir la bonne Lampe Basse Consommation (LBC) ?





Emménageant dans un nouvel appartement, je souhaitais changer les ampoules classiques en place par des ampoules basses consomation ou ampoules fluocompactes.

Pour quelle raison ?
  1 : Ces lampes ont une durée de vie 6 à 8 fois supérieure à celles des lampes classiques --> on en achète donc moins souvent : économie de déchets et protection de l'environnement !!!
  2 : Elles offrent une sécurité supérieure grâce à leur faible dégadement de chaleur
  3 : Elles consomment 3 à 5 fois moins d'électricité que les
lampes classiques --> économie d'électricité, plus de sous dans le porte-monnaie et protection de l'enironnement !!!


Cela étant dit, je ne savais absolument pas comment les choisir.

Je me suis rendue à la Maison de la Consommation et je suis tombée sur un prospectus de l'Ademe sur les économies d'électricité.

Je vous recopie un tableau très pratique sur les équivalences et les conseils pour le choix :

Tableau d'équivalence en Watts

Lampe basse consommation (LBC)

Lampe classique à incandescence

9  ------------------------------------------- 30

11 ------------------------------------------- 40

15 ------------------------------------------- 60

20 ------------------------------------------- 75

23 -------------------------------------------100


Les LBC sont recommandées dans les pièces allumées longtemps telles que le bureau, le séjour, la cuisine ou la chambre.

Les LBC supportent mal les allumages et extinctions répétés, il faut donc éviter de les installer sur un variateur ou de les associer à une minuterie. Elles ne conviennent pas non plus aux éclairages hallogènes.

Comment diminuer sa consommation d'électricité dans ce cas ? Fiez-vous à l'étiquette Energie figurant sur l'emballage des ampoules : elle indique la classe d'efficacité énergétique de l'ampoule. Ces classes vont de A (meilleure efficacité, basse consommation) à G (moins bonne efficacité, consommation importante). Choisissez les ampoules affichant la classe A dès que vous ne pouvez pas utiliser des LBC !

La prochaine étape consistera pour moi à acheter mes ampoules. Je vais faire le tour des magasins pour comparer les prix.


Pour en savoir plus :
Les Conseils du Géant Vert
Le dossier de l'Ademe
Repost 0
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 15:40
Manger des fruits et légumes de saison



Il s'agit d'une de mes bonnes résolutions de l'année.
C'était quelque chose que je ne faisais pas avant, tout simplement parce que je ne connais absolument pas les saisons correspondant aux différents légumes et fruits que j'aime. Quand vous avez très longtemps mangé des produits importés (difficile de trouver des poires au marché du coin quand on vit aux Antilles par exemple), vous avez du mal à repérer à quel moment le dit-produit est hors-saison.
Depuis que je vis en France, je passe plus de temps sur les marchés et je me rends compte de la variation dans les fruits et légumes sur les étals. J'ai également constaté que :

  -  Les fruits et légumes de saison sont moins chers (sauf quand vous avez eu un mois de juillet sec et un mois d'août pluvieux...)

  -  Les fruits et légumes de saison sont plus savoureux : gorgés de vrai soleil ils battent à plate couture ceux qui ont poussé en serre

  -  Les fruits et légumes de saison n'ont pas nécessité  de longs transports ou des serres chauffantes coûteux en énergie et ne sont donc néfastes pour l'environnement

  -  Les fruits et légumes de saison permettent d'acheter local et donc de soutenir un développement économique durable



C'est donc décidé, je vais faire mon possible pour acheter local et de saison. Quand ça ne sera pas possible, j'essaierai les conserves.
Le seul point qui me pose problème, c'est la consommation de produits qui sont exotiques pour certains mais constituent des aliments de base pour moi. J'ai par exemple grand plaisir à me faire une bonne platrée d'ignames avec patates douces, bananes jaunes, haricots rouges et poulet. Ceux qui ont vécu aux Antilles en ont certainement comme moi la nostalgie.  Je me vois mal n'en manger que lorsque je serai aux Antilles. Quand j'arrive à en trouver, je saute sur l'occasion. Il y a quand même une chose qui aide, c'est qu'ils remplissent exactement les caractéristiques des produits non locaux que j'ai cités plus haut : ils coûtent très cher et sont un peu moins savoureux. Cela permet de n'en acheter que rarement. J'ai donc encore du travail à faire sur ce plan.

Pour m'aider dans mes achats, puisque je ne connais rien des saisons des fruits et légumes, j'ai recherché et trouvé des calendriers :

Le plus pratique selon moi, que l'on peut plier et glisser dans son sac. Utile quand on fait ses courses : Calendrier suisse
(il ne diffère pas énormément du notre et pour affiner ma connaissance des saisons, le marcher est parfait !)
Site : http://ernaehrung.coop.ch/abc/default-fr.html

Simple, basique avec les fruits et légumes les plus consommés, de Consodurable.org (je me vois bien l'afficher sur mon réfrigérateur) :
Site : http://www.consodurable.org/index.php

Ludique avec le dessin de chaque fruit ou légume :
Site : http://www.10parjour.net/site/pages/home/index.php
Petit hic à mon sens, comme il présente tout cela par saison uniquement, il n'est pas assez précis.

Un autre trouvé par Valpoirier :
Site : http://www.legumes-bio.info/


Bref, chosissez celui qui vous plaira le plus !


D'autres en parlent :
Un geste par jour pour l'environnement : Alimentation de saison
Le méli-mélo de Lullaby : Pourquoi manger des fruits et légumes de saison ?




Repost 0
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 15:06
Charte CosmEthique


CosmEthique

Vous avez certainement remarqué le nouveau logo sur la colonne de droite du blog. Il s'agit d'un logo symbolisant mon adhésion à la Charte CosmEthique élaborée par les membres du Fil Vert.

Cette charte est destinée aux "kalawangueuses" qui, comme moi, ont découvert la joie de fabriquer ses propres soins par le biais d'internet, se sont dit un jour "Tiens, et si j'expliquais mes choix et partaigeais les expériences via un blog ? " et ont été sollicitées pour vendre leurs tambouilles.

Nul besoin de cumuler ces 3 situations pour se sentir concerné comme je le suis par les 3 points essentiels développés dans cette charte :

 -  Je respecte le travail fourni par l'auteur d'un texte, d'une recette... et ne pille pas sans vergogne ses idées : le droit d'auteur

 -  Je ne me prends pas pour Dieu le père et je suis les recommandations relatives à la fabrication des cosmétiques maison

  S'il me prenait l'envie de vendre ma production (et franchement, je n'ai aucune envie de prendre une telle responsabilité !), je m'informerais au préalable sur la loi relative à la vente de cosmétiques sur internet.


Pour comprendre le choix que j'ai fait en adhérant à cette charte et pour en profiter pour s'instruire sur la "jungle textes et recettes dans les cosmétiques" , allez donc faire un tour sur le Fil Vert !
Repost 0
7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 11:53

 Couches lavables dans un journal rennais

Après les protections menstruelles alternatives, je vois une nouvelle fois un produit non-jetable diffusé par les médias. Il s'agit cette fois-ci, il s'agit de couches jetables plébiscitées par la Maison de la Consommation et de l'Environnement dans le journal de Rennes Métropole, l'InfoMétropole.

 

 

On y présente les principaux avantages des couches lavables :

1        Côté environnement : elles réduisent considérablement le nombre de déchets à traiter,

2        Côté budget : économie flagrante avec, sur 2 ans et demi, 800 € de moins à dépenser qu'avec les couches jetables,

3        Côté santé : fabriquées avec des matières premières entièrement naturelles (et j'ajouterais biologiques), elles génèrent moins d'allergies et d'irritations.

 

 

On y détaille les 2 principaux types de modèles :

1        les modèles classiques composés de 4 éléments (la culotte extérieure imperméable, la couche, la doublure (élément absorbant parfois placé dans une poche) et la feuille de cellulose (qui récupère les selles et se jette aux toilettes),

      2            les modèles « tout en un » où il ne reste plus qu'à ajouter la feuille de cellulose.

 

 

On conseille enfin quelques liens :

Le dossier sur les couches lavables réalisé par un papa rennais

L'association Couleur bébé qui prête des couches lavables aux adhérents souhaitant tester avant d'acheter (mmh, par contre, j'ai beau me dire qu'une fois lavées les couches sont irréprochables de propreté, j'aurais du mal à utiliser celles de quelqu'un d'autre),

Une maman convaincue répondant aux questions des parents

J'apprends également qu'il existe un service de location et de nettoyage de couches (j'y aurais pas pensé dites-donc ! )

 

 

Bon ben après ça je dois dire que je me sens de mieux en mieux. Si en effet on parle autant d'alternatives au jetable dans les médias, c'est que les efforts finissent par payer. Je parle des personnes qui font partager leurs expériences et ne baissent pas les bras devant les regards incrédules et moqueurs.

Bon, je me rends bien compte que cela coïncide drôlement avec une prise de conscience générale sur le fait que le prix du pétrole est exorbitant et ne risque pas de redescendre de sitôt. Mais mieux vaut tard que jamais !

 

 

Les expériences et conseils de copines blogeuses sur les couches lavables :

P'tit Lutin

Sur le Fil Vert

Repost 0
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 10:40
Vêtements SPA/Yoga respectueux de l'environnement



Je connais la marque Ekyog depuis quelques mois. J'aime beaucoup l'ambiance de la boutique de Rennes. Les vendeuses sont accueillantes et de très bon conseil.
J'ai été attirée par les mots inscrits sur la vitrine : "Vêtements bio". Pour tout vous dire, je ne suis rentrée dans le magasin qu'avec l'idée qu'on ne saurait rien me répondre quand je demanderais quelle certification prouvait que les vêtements étaient effectivement en coton biologique. J'en suis restée pour mes frais puisque les vêtements en coton de la marque sont certifiés par Skäl International ou IMO
. Quant aux teintures, quelque soit le produit, elles sont certifiées Oeko Tex Standard 100 délivré par l'Asqual.

Skäl International Foundation
donne la garantie EKO qui atteste l'origine biologique des produits et qu'ils ne peuvent pas contenir d’organismes génétiquement modifiés (OGM).
IMO (Institute for Marketecology)
garantie l'utilisation de produits éthiques et biologiques.
Oeko Tex Standard 100
est l'un des labels les plus connus dans la filière textile. Il garantit que les textiles testés et certifiés respectent les seuils réglementaires de substances pouvant nuire à la santé en différenciant les seuils exigés pour 4 catégories de produits (articles bébé - articles en contact direct avec la peau - articles sans contact direct avec la peau - articles d'ameublement).

Le magasin à Rennes

Je ne me faisais donc plus de soucis de ce côté-là, j'ai regardé de plus près les vêtments. Ils sont surtout destinés à une utilisation que détente/jogging et aux bébés. Les couleurs sont douces et les textures divines ! Les matières premières : coton biologique, bambou et algues marines.
Malheureusement pour moi, je n'achète chez eux que lors des soldes car mon porte-monnaie n'est pas encore d'accord avec les tarifs des vêtements et chaussures bio.

Si vous êtes intéressés, allez faire un tour sur le site d'Ekyog pour trouver un magasin près de chez vous. Vous pourrez également lire leurs engagements sur le plan éthique et écologiques qui m'ont l'air plus que crédibles.



Sources :
Ekyog
Oeko Tex Standard 100
IMO
Skäl International Foundation

Repost 0
30 septembre 2006 6 30 /09 /septembre /2006 11:59

Encore une victoire du vinaigre !!!




Il y a quelques jours, mon chéri m'a demandé si je pouvais utiliser une de mes recettes pour venir à bout de traces toutes cracra de calcaire dans les toilettes que son colocataire et lui n'utilisent jamais.

Il m'a expliqué qu'il y était allé au grattoir et que ça n'avait rien donné. Au point où il en était, il voulait bien que j'essaie. Le colocataire était assez dubitatif et lui a certifié que s'il n'y était pas arrivé avec un grattoir, il ne voyait pas très bien de quelle manière je pourrais arranger les choses.

Pour tout dire, je n'étais pas persuadée non plus de réussir. Dans la mesure où Raffa recommande bien de ne pas rayer l'émail, je me demandais s'il n'avait pas irrémédiablement abîmé l'émail et incrusté la crasse et le calcaire dans les sillons.

 

J'ai quand même décidé de tenter ma chance. J'ai fait bouillir de l'eau, rajouté l'équivalent d'un petit verre de vinaigre dedans et versé le tout dans la cuvette. J'ai laissé tremper toute la nuit et le lendemain matin, j'ai chaussé mes gants pour mettre un coup d'huile de coudre avec la brosse.

Eh ben je n'ai pas eu grand chose à faire. Les traces s'en allaient sans que j'ai beaucoup à frotter.

J'étais vraiment fière de moi et des astuces de Raffa ! Vive les produits ménagers écologiques et économiques !

 

Petit rectificatif : mon chéri me dit qu'il savait que j'allais réussir ! Bon, bonne progression de l'idée qu'on n'est pas obligé d'utiliser une batterie de produits chimiques pour l'entretien de la maison. De quel produit pourrais-je bien démontrer l'efficacité la prochaine fois ???

Repost 0