Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 10:36


Boule magnétique anti-calcaire :
le second test !



Je vous parlais la semaine dernière de la boule magnétique anti-calcaire.

J'en ai acheté une car l'eau de la région dans laquelle je me trouve actuellement est bien trop calcaire (Pas de Calais).
Pour la première utilisation, j'avais oublié de ne pas mettre de cristaux de soude et de vianaigre comme prfécisé sur la notice. Emportée par la force de l'habitude, j'ai mis une dose normale de vinaigre et le tier de la dose de cristaux de soude. Le résultat avait été au-delà de mes espérances : linge hyper doux et très propre !


Il ne me restait plus qu'à tester la boule sans rien d'autre que la moitié de la dose de lessive, comme précisé sur la notice. C'est fait !!!

Verdict : le linge est un peu moins doux que la première fois mais tout de même plus doux que ce que j'avais eu lors de ma première machine dans la région. La différence est flagrante !

Je pense donc avoir trouvé le dosage idéal pour mes lessives ici : une demie-poignée de cristaux de soude et une petite dose de vinaigre.

Je suis vraiment contente d'avoir trouvé un système qui fonctionne ! Je fais des économies et en plus, mon linge et la planète sont contents !



Repost 0
23 juillet 2006 7 23 /07 /juillet /2006 14:52
  

Parce que mes vêtements non plus n'aiment pas le calcaire








Je vous racontais tantôt mon expérience réussie pour sauver ma peau et mes cheveux du calcaire de l'eau. Les résultats sont toujours aussi probants, la peau de mon visage est de moins en moins terne et celle de mon corps est à nouveau juste sèche (non pas que je me contente de ça mais c'est quand même mieux que les plaques donnant l'impression d'avoir 85 ans !). Quant à mes cheveux, ben je n'utilise plus d'après-shampoing puisque le vinaigre de rinçage en fait office.

Le combat continuait pour mon linge.

Je rappelle donc que je me trouve en ce moment dans le Pas-de-Calais, région hypra calcaire 'le sous-sol étant constitué de craie). Du coup, en faisant ma première lessive dans le coin avec mes noix de lavage, j'ai eu la désagréable impression que ça n'aurait pas été différent si j'avais lavé mon linge avec de l'eau chaude en tout et pour tout.
J'ai eu un vague soupçon pour le calcaire de l'eau en voyant les boites de Calgon posées sur l'étagère à côté de la machine à laver (vi, je peux utiliser la machine à laver de ma structure de stage. Sympa hein ?). La fois d'après, j'ai donc forcé la dose de cristaux de soude, de vinaigre et de bicarbonate de soude. Ben faut reconnaître que c'était mieux.
Par contre, au niveau des noix, pas top ! L'écorce avait vraiment minci et il n'y avait pas de quoi faire un autre lavage alors que j'avais pris des noix neuves.

S'est donc posé un grave dilemme : doubler la dose de tous les ingrédients de la lessive (avec tout le problème du gaspillage, du coût de revient de telles machines) ou porter des vêtements à moitié sales en priant pour que ça s'arrange (mouais !) ?

J'ai exposé mon problème sur le forum de Lia et Tinyturtle et c'est là que j'ai entendu parler de la boule magnétique anticalcaire (comme d'habitude, on clique dessus pour l'agrandir).





Principe d'action de la boule magnétique anti-calcaire :

- Rappel sur les méfaits du calcaire de l'eau
L’eau contient du calcaire en suspension. Sous l’effet de la chaleur, ce calcaire se transforme en cristaux de carbonate de calcium qui se collent et s’agglomèrent sur les résistances électriques du lave-linde ou lave-vaisselle, sur le linge ou la vaisselle, formant le tartre. (Source : Maman Nature)
Infos détaillées sur le blog de Raffa : Savon et calcaire

- La puissance magnétique contre le tartre

Les scientifiques ont découvert qu’en faisant passer l’eau dans un champ magnétique puissant, la structure des particules de calcaire se modifie, pour se transformer en cristaux allongés qui ne s’agglomèrent plus, restent en suspension dans l’eau et sont évacuées avec celle-ci. De plus, l’eau magnétisée a pour effet, dans le temps de dissoudre et d’éliminer le tartre déjà déposé. C’est ainsi qu’agit la boule anti-calcaire magnétique puissamment aimantée, traite l’eau en permanence à son passage à travers les quatre ouvertures (spécialement étudiées en laboratoire).
Elle crée ainsi un champ magnétique qui modifié la polarisation des sels minéraux en suspension dans l’eau, et empêche toute formation et dépôt dans les appareils électroménagers.
(Source : Maman Nature)




Mon expérience :

J'ai commandé une boule magnétique anti-calcaire sur le site suivant : L'autre Façon mais on peut également en trouver chez Maman Nature.
Prix : 18 € auxquels il a fallu rajouter 6 € de frais de port.

- Mode d'emploi de la boule anti-calcaire
Pas bien compliqué, on la met dans le tambour de la machine avec les vêtements. On diminue la quantité de lessive de moitié et on ne met aucun adoucissant.
Bon, j'ai un peu loupé sur ce coup-là. Je me suis oubliée, à cause de l'habitude. J'ai donc mis la dose habituelle de vinaigre et en m'apprêtant à mettre la deuxième poignée de cristaux de soude, je me suis rappelée que je testais et qu'il ne fallait donc pas "aider" la boule.
Je reviendrai vous dire ce que ça aura donné sans aucun additif.

- Résultats
Eh bien j'exulte depuis ce matin !!!! Ma lessive a été faite hier mais je voulais attendre que le linge soit bien sec pour tester sa douceur (seul élément me permettant de juger de la présence de calcaire ou non). Or ce linge est le plus doux que j'ai jamais eu depuis que je suis ici. Pour essayer d'atteindre ce résultat, je devais mettre deux doses de vinaigre et 5 poignées de cristaux de soude. Le pire, c'est que je n'arrivais même pas à ça !!
Je suis  vraiment enchantée ! J'ai enfin trouvé la solution à mon problème !!!

- Avantages de la boule anti-calcaire
Economie de produits anti-calcaire et adoucissant (cristaux de soude, vinaigre)
Lavage sans recours aux produits anti-calcaire et adoucissant chimiques et polluants




Autres utilisations de la boule magnétique anti-calcaire :

La boule
Dans la machine à laver la vaiselle en faisant attention à ce qu'aucun couvert ne passe par les trous, ce qui détruirait le champs magnétique.
Dans le réservoir des toilettes.

La baguette
Dans le pommeau de douche
Dans la bouilloire



Ne pas se faire arnaquer :

Je vous invite à lire cet article intéressant qui explique comment reconnaitre les arnaques en matière de boule magnétique anti-calcaire.
Le relief sur la boule semble être la garantie que chaque modèle est unique et garanti à vie. (Sauf qu'à aucun moment l'Autre Façon ne m'a parlé de garantie. Toujours est-il qu'au vu du résultat et de la ressemblance de ma boule avec celle présentée, je suis certaine de ne pas m'être trompée).
Il faut que la boule soit suffisamment lourde (preuve qu'il y a un nombre suffisant d'aimants dedans et qu'ils sont constitués du bon matériaux assemblé correctement.


J'espère que cet article aidera certaines d'entre vous car avant d'être conseillée là-dessus, je ne savais vraiment pas comment faire.

Repost 0
26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 20:37
 Euh... plus simple, y-a pas !







Il fait de plus en plus chaud. Donc on boit plus. Quand on n'a pas d'eau glacée sous la main

(pas la meilleure des idées d'ailleurs parce qu'on finit par ressentir encore plus la chaleur après l'effet salvateur de l'eau glacée), on aime bien boire un truc aux agrumes.

Je regardais une femme se plaindre à la caisse du supermarché devant moi que les orangeades, citronnades et autres -ades étaient décidémment trop chers. Mais comment qu'elle allait faire avec ses 4 enfants par ce temps ?

Que la vie est injuste tout de même !

Et moi, qui la suivais avec mes 4 citrons sur le tapis (je crois que je vais me faire lincher par les caissières : je refuse de prendre les sacs plastiques pour mettre les fruits qui ne risquent rien. Comme elles les pèsent elles -mêmes, je ne risque pas de voler so...) et qui savais qe j'en aurai pour bien plus d'une semaine en les pressant tout simplement dans de l'eau...

Y-a plus simple, vous croyez ?

Repost 0
23 juin 2006 5 23 /06 /juin /2006 17:40
 Tête de brosse à dents interchangeable !




Une copine m'a demandé gentiment sans avoir l'air d'y toucher : "Dis-moi, quand est-ce que tu changes de brosse à dents ? Je veux dire tous les combien : 4 mois, plus ?"
Moi, assez intriguée : "Euh, je ne pourrais pas te dire exactement, dès qu'elle en a besoin... Plus souvent que ça en tout cas..."
Elle, en venant au fait : "Ah ? Tu prends toujours la même alors ? Ca fait un moment que je vois la même chez toi. Elle doit être super efficace..."
Hum ! OK, je vois !


J'ai donc expliqué à la demoiselle que je n'étais pas une malpropre notoire, ou une fétichiste névrosée (quoi que si on trouve un produit efficace, je ne vois pas de raison de le changer).

Ma brosse à dents, la voici :



Vous voyez cette petite tête verte ? Dès que l'on a besoin de changer de brosse, on enlève la petite tête et on la remplace par une neuve. Cela évite de racheter toute une brosse à dents à chaque fois. Economie de plastique, d'emballage, de carburant et économie de déchets ! On garde le manche qui est en
polyamide et tout ce que l'on rachète, ce sont des packs de 3 têtes interchangeables !

Elle est de la marque Monte Bianco trouvable dans toutes les Biocoop et pas mal de magasins bio.

Une couleur par type de brosse : dure, médium, sensitive et enfant. J'ai la sensitive qui correspond à des poils souples , ce qui agresse moins la gencive et permet aux poils de se glisser dans les petites fentes.

La tête elle-même est en polypropylène, matière plastique biodégradable tandis que les
poils sont soit en nylon, soit en soie naturelle en provenance de la province de Chun-Kin, en Chine.

Un autre truc intéressant : la tête n'est pas extra longue comme ce que l'on voit souvent sur le marché : elle permet d'aller taquiner les dents de sagesse bien coincées au fond de la gorge.

Bref, on fait au mieux dans le meilleur des mondes !

Alors, qui c'est qui celles qui vont être contentes, hein ? Ce sont mes petites quenottes ! ;o)

Repost 0
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 16:10
Je ne fais que retransmettre l'information :



Pour les Lyonnais


L'association environnementaliste GAIA THEMIS ( www.gaiathemis.org ) propose une projection à Lyon le 22 juin 2006 vers 19 h 30 au Lycée St Marc près de la place Bellecour dans le 2éme arrondissement. Le thème de la soirée est l'organisation des nations unies pour l'environnement
ainsi que la projection d'un film sur la découverte du Népal dans le cadre du tourisme équitable. L'entrée est à 2 euros (prix symbolique) et la projection est suivie d'un débat puis d'un cocktail.

Références : www.gaiathemis.org (avec invitation sur la page de sommaire).

Pour réserver contacter : jmportal.avocats@free.fr ou gaia.themis@mac.com
Repost 0
21 mai 2006 7 21 /05 /mai /2006 17:49
Encore de l'espoir !





Une autre publication d'élèves dans la lignée du Livre d'eau.
Cette fois-ci, cela se passe à Abbeville, commune du Pas de Calais, donc toujours dans le bassin Artois-Picardie. "Les élèves de CM1 de l'Ecole Jean-Zay ont bien de la chance que leur enseignante Marie-Line MARTIN les ait accompagnés sur le chemin d'un projet poétique ambitieux, projet qui les a conduits jusqu'à un recueil de poèmes : "2000 deux natures 1000 et une ratures".

Je ne résiste pas à l'envie de vous mettre un extrait :



La nature

La nature est comme
Toi
Tu vis au fond d'elle,
Mais tu ne le sais pas
Car elle le cache
Dans son coeur.

Alors pose ta main
Sur son coeur et tu
Verras que
Son coeur bat comme toi.

Alors respecte la nature
Car elle est comme toi
Au fond d'elle.



Johanna









Repost 0
18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 11:08

 Il y a de l'espoir !

 

 

De très jolies initiatives : demander aux enfants d'écrire sur le thème de l'eau et de la nature, tout cela en poésies et en dessin. On obtient à la suite de ces ateliers pédagogiques de merveilleux recueils de poèmes afin que chacun puisse en profiter. Car en effet : "à quoi bon écrire un poème si son seul devenir est la page d'un cahier trop souvent fermé ou le fond d'un cartable ?"

 

Je suis tombée sur l'un d'eux édité par l'Agence de l'Eau Artois-Picardie : Le livre d'eau. Dans le bassin Artois-Picardie, le contexte minier et agricole à l'origine de nombreuses pollutions et les inondations obligent à considérer l'eau comme un bien précieux dont il faut prendre soin mais également se protéger. Je trouve merveilleux que l'on ait poussé les enfants à s'interroger sur cette ressource à l'occasion de la journée mondiale de l'eau en 2002. J'espère que la réflexion continue...

 

Un extrait mignon comme tout :

Litanie des mousses

 

 

Sainte Irénée,

Que l’eau soit partagée !

 

Saint Corentin,  

Gardez l’eau de pluie le matin !

 

Saint Jean-Pascal,  

Ne lavez que lorsque c’est sale !

 

Saint Dominique,

Pensez programme économique !

 

Saint Valentin,  

Prenez une douche au lieu d’un bain !

 

Saint Gaëtan,  

Coupez l’eau pour vous laver les dents !

 

Saint Honoré,  

Que les robinets soient fermés !

 

Sainte Noémie,

Que l’eau desserve tous les pays !  

 

Sainte Amélie,  

Donnez-nous de l’eau à l’infinie !

 

Les CM1 et CM2 de l’école la Providence de Pas-en-Artois (62)

 

La suite demain !

 

Repost 0
11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 11:45

 

Je dis adieu aux mouchoirs en papier et autres papier essuie-tout !

 

 

 

Ca y-est ! Je me suis achetée mes mouchoirs en tissu !

 

Je suis très fière de moi car c'est un grand pas sur le chemin du non-jetable.

 

J'avais déjà arrêté d'acheter du papier essuie-tout depuis plusieurs mois. J'avoue que je n'ai pas vraiment pris la décision, elle s'est un peu imposée d'elle-même : le dernier rouleau ouvert est resté à prendre la poussière pendant plusieurs mois et celui qui restait dans l'emballage encore plus longtemps. On peut se demander qui leur avait volé la vedette. Il s'agit de petites choses toutes simples auxquelles on ne pense jamais : l'éponge, le torchon et les serviettes de table en tissu !!!

Si quelque chose (liquide, nourriture...) tombe sur la table, pour quelle espèce de raison voudrait-on utiliser du papier essuie-tout pour les essuyer alors qu'il faudra encore nettoyer la table après et jeter le papier en plus ? Sans compter qu'un seul papier ne suffit généralement pas. En utilisant une éponge ou un carré éponge, on nettoie la table une bonne fois et les plus fainéants n'ont même pas besoin de l'essuyer avec un torchon. Rien à jeter, on a juste utilisé un peu d'eau et peut-être aussi du produit nettoyant (produits Raffa par exemple ;o) !).

On a donc économisé :

-          des gestes inutiles,

-          du papier (et les arbres qui ont servi à le fournir),

-          l'emballage plastique du papier (et le pétrole qui a servi à le fabriquer),

-          de la place dans la poubelle (et donc des sacs poubelles à la longue),

-          je suis sûre qu?on peut encore en trouver?

 

C'est également plus sympathique de recevoir ses invités à table avec de jolies serviettes de table (et inutile d'investir, j'en achète une ou deux par mois si j'y pense, histoire d'avoir un stock disponible pour les grandes occasions mais avec 6 au départ, c'est déjà pas mal).

 

Lors des pique-niques ou autres sorties, j'utilise une serviette dévouée à cette fin qui reste dans un sac à pique-nique (rien de transcendant, un simple sac type sac à pain pratique pour emporter son casse-croûte) afin de ne pas l'oublier ; Je la lave quand elle a servi bien sûr ! ;o).

 

La seule raison pour laquelle j'achetais encore du papier essuie-tout c'était que je m'en servais pour huiler mes poêles en faisant des crêpes ou des galettes. J'ai résolu le problème depuis. J'utilise un chiffon roulé en boule et retenu par une grosse pince à linge. Une pichenette d'huile dans la poêle, un coup de chiffon dessus et hop ! Le tour est joué ! Quand je n'en ai plus besoin, je le pré-lave à la main ou alors il rejoint une boite en attendant de passer à la machine.

 

 

 

 

 

 

C'en était donc réglé du papier essuie-tout, manquait encore les mouchoirs en papier.

 

 

 

 

 

En suivant le principe d'économiser des sous, des arbres, du pétrole, du volume et j'en passe, j'aurais dû m'en acheter depuis longtemps. Seulement voilà, je n'ai jamais été spécialement fan de ces trucs gluants gisant au fond du sac, une fois utilisés lors d'un rhume par exemple. Lorsque la main passe sur cette matière froide, on a comme une absence pendant laquelle on se souvient de ce qu'est cette matière que l'on vient de toucher. Pas très ragoûtant !

 

En plus, je vivais depuis 2 ans sur un pack de 10 refilé par ma mère. Utilisés uniquement en hiver (pendant lequel j'ai pourtant les narines bien actives), j'ai eu du mal à les finir. Finalement, arrivé au bout du stock, je me suis demandée si j'avais vraiment besoin d'en racheter.

 

Etant donné la vitesse avec laquelle j'avais fini le pack, il n'était pas question d'en racheter un autre.

Ensuite, je n'étais pas vraiment fière de gaspiller autant de ressources pour utiliser un truc que je jetterais. 

Seulement l'évocation de ma main dans la masse gluante me faisait froid dans le dos... brrrr !!! Et puis c'était d'un charmant ces grands trucs tout moches à carreaux que j'avais quand j'étais petite !

 

Quand même, j'ai réussi à me passer de coton à démaquiller et de coton tige en utilisant des néponges, disques/carrés à démaquiller en polaire et cure-oreilles, je n'allais tout de même pas baisser les bras sur le chemin du non-jetable !!!  

 

J'ai résolu le problème en jetant un coup d'oeil à mon super sac ! Le sac parfait pour lequel je n'avais pas pensé aux mouchoirs !! Un compartiment à mouchoirs ! Voilà ! Je n'ai qu'à en rajouter à mon sac et le tour est joué ! Ce compartiment ne sera peut-être pas cousu dans l'intérieur du sac mais consistera peut-être juste en une pochette se baladant dans le sac. Toujours est-il que j'ai trouvé le moyen de rendre ce passage aux mouchoirs ludique (enfin pour moi hein ! Je conçois bien que le fait de devoir fabriquer une pochette pour des mouchoirs usagés n'a rien d'attrayant mais moi ça me fait rire !). L'hiver est encore loin donc j'ai le temps d'y réfléchir.

Je me suis donc acheté des mouchoirs en tissu ! Ils sont couleur parme avec des vaguelettes sur le contour (dire que je trouvais ces décorations très niaises avant !). J'en ai pris 4. Pour l'instant, ils ne serviront qu'à éponger mon front en été donc pas besoin de plus. Mais je suis contente.

 

 

 

 

J'ai enfin franchi le pas et je n'en suis pas peu fière !! :o)

 

 

 

 

 

Informations sur les néponges (petites éponges végétales à utiliser à la place du coton) et les carrés/disques à démaquiller en polaire :

 

Discussion initiatrice sur les alternatives au coton à démaquiller chez Lia et Tinyturtle et discussion sur les mouchoirs en tissus.

Articles chez le P'tit Lutin, Raffa, Hooly et Lyla  

 

Pour info, les néponges se révélant un peu agressives pour mon visage, je les utilise quand je n'ai pas envie de me faire de préparation pour le gommage du visage et pour me nettoyer l'extérieur des oreilles.

 

 Informations sur le nettoyage des oreilles à l'aide du cure-oreille :

 Article chez Raffa  

 

Informations sur les mouchoirs en papier :

Articles chez Azka et Amandina

Article d'ApollineR sur l'économie de cosmétiques

 

 

Crédits photos :

www.welcomeoffice.com

www.graphisearch.com

 

Repost 0
9 mai 2006 2 09 /05 /mai /2006 11:32

Démarrer la journée en musique

 

Je suis actuellement en stage dans un bureau d'études en environnement. J'ai écrit un grand nombre d'articles à l'avance de façon à pouvoir quand même parler de ce qui m'intéresse pendant mon absence. Tous les matins, j'arrive donc avant tout le monde, je consulte mes courrirers administratifs ou perso et je réponds aux commentaires du blogs.  Je me couche également plutôt tard pour potasser plein de choses pour l'étude.

Au sortir de ce petit rythme, je commence à fatiguer.

J'ai lu hier soir un article d'Amandina qui expliquait qu'elle faisait ses exercices matinaux en musique. Je pensais jusque là que la musique le matin était surtout une sorte de gêne extrême empêchant de se réveiller tranquillement et se préparer tout aussi tranquillement. (Vi parce que le matin, j'aime bien ne pas être speed comme le reste de la journée, savourer mon petit déjeuner, ranger quelques trucs... prendre le temps quoi !)

Ce matin, tout de même, j'avais beaucoup de mal à sortir du lit. J'ai zieuté mon ordi qui était sur le bureau... et je me suis dit pourquoi pas ? J'ai choisi de me mettre le premier album de Camille : Le sac des filles (pas trop violent mais sympa quand même).

Eh bien ça a marché du tonnerre. Le simple fait d'entendre de la musique que j'aime m'a déjà mise de très bonne humeur. Ensuite la toilette a été faite à un très bon rythme et le rangement pas du tout ressenti comme une corvée. Je me suis préparée alègrement pour aller travailler, un vrai plaisir.

Je ne sais pas si c'est dû à Camille, à la musique tout simplement ou au fait que je m'étais conditionnée pour être d'attaque dès les premières notes (faudra que j'écoute autre chose pour voir) mais en tout cas, je vous conseille d'essayer.

 

Ca donne une pêche terrible !

Repost 0
27 mars 2006 1 27 /03 /mars /2006 15:30
LA LOI SUR LES OGM PEUT ETRE REJETEE. MOBILISONS-NOUS !




Tiens, moi qui avait justement l'intention de poster un article sur les risques environnementaux liés à la culture des OGM, je reçois ce matin un message via le réseau environnement de la fac. Je vous le recopie mais il est disponible ici : http://www.france.attac.org/a6040 .


Communiqué d’Attac France

A l’issue d’un scrutin organisé en séance le jeudi 23 mars, le Sénat a
adopté dans son intégralité le projet de loi sur les OGM proposé par le
Ministère de la Recherche.

Mais l’analyse des votes montre des résultats extrêmement serrés, qui
dépassent les pronostics les plus optimistes. En effet, le texte a recueilli
166 voix « pour » (56,6%), et 127 voix « contre » (43,4%), sur 293 suffrages
exprimés.

La campagne active menée par les comités locaux Attac et les collectifs OGM
est sans doute pour beaucoup dans ce résultat.

Aussi, l’effort doit être intensifié dès maintenant en vue du vote à
l’Assemblée Nationale courant mai. Attac appelle les militants à rencontrer
leur député pour réclamer le rejet de cette proposition de loi qui vise à
légaliser les contaminations génétiques. Pour ce faire, un texte d’analyse «
article par article » est disponible sur le site d’Attac France :

L’ampleur de la mobilisation du 8 avril, pour la « journée internationale
d’opposition collective aux OGM » (JIGMOD) aura également un impact décisif
sur les votes des députés.

Ce projet de loi scandaleux peut et doit être rejeté.
Mobilisons-nous dès maintenant !

Attac France,
Le 25 mars 2006

------------

LE 8 AVRIL 2006, PARTICIPEZ A LA PLUS GRANDE MOBILISATION
JAMAIS ORGANISEE POUR REFUSER LA DISSEMINATION DES OGM

Pour la troisième année consécutive, une journée de mobilisation unitaire
permettra aux citoyens d’exprimer leur refus des OGM dans les champs et
l’alimentation.

En 2004, la première manifestation de ce type était française. En 2005, elle
s’étendait à plusieurs pays européens. Ce 8 avril 2006, elle sera
internationale : dans 55 pays, plus de 150 structures sont d’ores et déjà
sur le pont pour préparer cette « journée internationale d’opposition
collective aux OGM » (JIGMOD).

Des personnalités aussi connues que Vandana Shiva, Arpad Pusztaï, Percy
Schmeiser, José Bové, Brian Tokar, Arnaud Apotheker, Benedict Haerlin ou
Ignacio Chapela participeront d’une manière ou d’une autre à cet événement,
et réaffirmeront nos revendications communes : l’autonomie alimentaire pour
les peuples, des produits sains pour notre alimentation, et une agriculture
paysanne en lieu et place du « modèle » intensif.

En France, plus de 30 manifestations sont actuellement répertoriées, et
beaucoup d’autres s’annonceront dans les jours qui viennent. Attac France et
les comités locaux se mobilisent comme il se doit pour faire de cette
journée un moment fort d’information sur les nombreux risques liés à la
dissémination des plantes transgéniques.

Il n’est pas inutile de rappeler à cette occasion :
-  que 85% des français souhaitent que l’agriculture biologique, les A.O.C.
et les labels restent strictement sans OGM ;
-  que 78% pensent qu’il faut adopter une interdiction temporaire des OGM ;
-  que 72% sont favorables à un référendum la question des OGM ;
-  que 74% attendent de leur élus (sénateurs et députés) qu’ils interdisent
les cultures d’OGM et qu’ils fassent appliquer strictement le principe de
précaution.

En parallèle, des actions se poursuivent en direction des élus qui devront
se prononcer, au Sénat puis à l’Assemblée Nationale, sur un texte de loi
inacceptable, qui légaliserait purement et simplement la culture des plantes
transgéniques en France.

Dans ce contexte, une victoire formidable est à portée de main des citoyens,
et l’ampleur de la mobilisation du 8 avril pèsera pour beaucoup dans la
balance.

Soyons donc toutes et tous sur le terrain le 8 avril, pour que résonne un
peu partout en France et dans le monde notre refus de livrer notre
alimentation aux multinationales productrices d’OGM !

Attac France,
Le 25 mars 2006

Toutes les informations relatives à la JIGMOD sont accessibles sur


Voici leurs conclusions après l'analyse du texte de loi (elles sont disponibles ici : http://www.france.attac.org/a5914) et qui motivent leurs actions :

-  Le droit de produire des OGM en milieu ouvert prévaudrait sur celui des autres systèmes agraires à ne pas être contaminés. La « présence fortuite » d’OGM est admise conformément à la réglementation européenne, le taux actuel étant de 0,9%. En dessous de ce seuil, dont l’existence même est inacceptable (la capacité de détection est aujourd’hui de 0,1% et ne cesse de s’améliorer), aucune traçabilité ni indemnisation n’est prévue. Dans ces conditions, garantir des produits « sans OGM » deviendra rapidement impossible, y compris pour l’agriculture biologique, les labels ou les appellations de qualité.

-  Au prétexte du secret commercial, les firmes obtentrices d’OGM bénéficieraient, en plus du brevet, de la possibilité de garder secrètes les études de toxicologie ainsi que la majeure partie des informations nécessaires à la traçabilité. A l’inverse, ce texte organiserait la répression pénale des atteintes à une technologie imposée aux citoyens, qui préoccupent le gouvernement bien davantage que l’absence d’études sanitaires visant à prouver l’innocuité de la transgenèse.

-  Accepter le principe d’une indemnisation, qui plus est partielle, de la pollution par les OGM reviendrait à favoriser leur adoption massive. Déjà étranglés par la grande distribution et l’agro-chimie, les agriculteurs seraient les seuls à s’acquitter d’une taxe pour financer un fond d’indemnisation. Dans le cas, plus que probable, où cette taxe ne suffirait pas, l’Etat devrait alors abonder le fonds avec l’argent du contribuable pour préserver les bénéfices des multinationales. Ce processus ressemble comme deux gouttes d’eau à ceux déjà mis en oeuvre pour AZF et les marées noires, célèbres pour leur inefficacité.

-  En cas de contamination avérée, la responsabilité reposerait de fait sur les agriculteurs ayant semé des OGM. Alors que plusieurs centaines de cas montrent que la contamination biologique n’est limitée ni dans l’espace ni dans le temps, le projet prévoit de rechercher des responsabilités pour la seule année de production et « à proximité » de la parcelle OGM. Les multinationales détentrices de l’autorisation de mise sur le marché pourraient alors dormir tranquilles.

-  Des décrets ministériels devraient préciser la plupart des points essentiels de cette loi. Autrement dit il s’agirait d’une coquille vide dont la substance serait décidée en dehors de tout débat démocratique.

Ce dispositif révèle-t-il, involontairement, la dangerosité des OGM ? En tout cas il laisse entendre qu’une coexistence entre culture OGM et non OGM serait possible, ce qui est totalement irréaliste, en particulier sur le plan économique. De plus, il ne donnerait aucun moyen pour assurer un contrôle efficace des conséquences de leur introduction.

Seule une interdiction de dissémination volontaire nous paraît aujourd’hui acceptable étant donnée la faiblesse des connaissances scientifiques. En parallèle, nous demandons au minimum d’établir une responsabilité pénale et financière illimitée dans le temps et l’espace, des actionnaires et dirigeants de toute entreprise qui développe des OGM ainsi que des instances qui les autorisent. Ceux qui espèrent en tirer des profits financiers doivent aussi accepter d’en assumer le risque plutôt que de s’empresser de le rejeter sur les agriculteurs et les citoyens.

Attac réaffirme que la priorité doit être donnée à la rédaction d’une loi qui garantisse la pérennité des systèmes agraires sans OGM. Aussi, nous appelons les citoyens, les élus et les différentes composantes de la société civile à se mobiliser dès maintenant contre ce projet de loi scandaleux et à réclamer l’organisation d’un référendum sur les nouvelles technologies.

Attac-France,
Montreuil, le 26 janvier 2006

Repost 0